« L’entrepreneuriat féminin n’a pas la place qu’il devrait avoir en France », Marie-Claire Capobianco, BNP Paribas

« L’entrepreneuriat féminin n’a pas la place qu’il devrait avoir en France », Marie-Claire Capobianco, BNP Paribas

Marie-Claire Capobianco, Directeur des Réseaux France, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas (Crédit photo : BNP Paribas)

Depuis son premier poste en agence jusqu’aux plus hautes sphères de BNP, puis BNP Paribas où elle supervise aujourd’hui les réseaux France de la banque de détail soit 28.000 personnes et est membre du comité exécutif, Marie-Claire Capobianco a toujours soutenu l’entrepreneuriat au féminin. Après avoir signé en 2014 une convention avec le ministère des Droits des femmes pour faire passer le pourcentage d’entreprises créées par des femmes de 30% à 40%, la banque vient de rassembler et d’intensifier plusieurs initiatives au sein du programme #ConnectHers.

LA TRIBUNE – Pourquoi avez-vous décidé d’accompagner l’entrepreneuriat féminin ?

MARIE-CLAIRE CAPOBIANCO – La mission première de la banque est de favoriser la croissance et l’économie. C’est notre métier et notre responsabilité. A ce titre, nous accompagnons tous les entrepreneurs mais nous faisons aussi des focus sur certaines typologies et c’est précisément le cas de l’entrepreneuriat féminin parce qu’il n’a pas la place qu’il devrait avoir. Cette trop faible représentation prive notre pays d’une source de croissance. Certaines études de l’OCDE chiffrent ce potentiel inexploité à 0,4% par an. Au-delà, il est aussi question de la place des femmes dans la société, sujet auquel je suis naturellement sensible.

Quelle est la place des femmes dans l’entrepreneuriat en France ?

Certains chiffres sont révélateurs. La France est le premier pays mondial en termes d’égalité homme femme dans l’accès à l’éducation et la santé. En revanche, la France était 64ème en 2016 pour la contribution des femmes à l’économie nationale. Les femmes représentent 48% de la population active et il n’y a guère plus de 30% de femmes entrepreneures dont beaucoup d’auto entrepreneures. Dans les catégories des entreprises de plus de 10 salariés, des entreprises innovantes ou des entreprises de la tech, on est plutôt à 10 ou 12%.

Lire la suite ici

___

A SUIVRE :

> Marie-Claire Capobianco sera le lundi 29 mai 2017 au Théâtre de Paris lors de la grande soirée de lancement du mouvement Women For Future lancé par La Tribune. Au programme, des débats, des stand-up, un concert avec Zahia Ziouani, cheffe d’orchestre et directrice de l’orchestre symphonique Divertimento